Bassin d'Arcachon,  Le Caméléon Daltonien

Mise en ligne du Caméléon Daltonien

Drôle de page,

Ceci est un endroit ou le caméléon Daltonien au fil des évènements et du temps qui passe, vous entraîne sur un sentier qu’il veut de bon sens, sincère et positif. Son souhait… du désordre faire naître l’harmonie. De par sa dénomination, sa vocation est d’accepter avec une grande tolérance que sa lecture soit erronée.

Il est un, nous, vous, tous ceux qui à un moment avons été happés par le Bassin d’Arcachon ; Son côté naturel, son odeur, les natifs, les gens qui y vivent et y travaillent, ceux qui y ont posées leurs valises, les activités que l’on peut y pratiquer, bref partager toutes les raisons qui font qu’une histoire d’amour avec ce territoire fût possible.

Le caméléon se réserve la faculté d’exclure les outrageants, les intolérants, et les petits mots faciles qui ne servent pas l’édifice. Le caméléon apprécie particulièrement les points de vues complémentaires ou opposés qui font grandir les belligérants, il se nourrira de partager son antre avec les autres caméléons qui souhaiteront y apporter leur tribut.

Bien entendu son domaine de prédilection tourne autour du bassin d’Arcachon et de la façon d’y vivre, dans le seul but que par le partage et la pédagogie tous les caméléons de la terre qui souhaitent venir s’y implanter ou simplement le visiter, puissent avoir l’échelle des couleurs qui leur permettra d’apprécier le site et de s’acclimater avec les vieux caméléons.

Pourquoi le caméléon daltonien ?

Cela aurait pu être la seiche, dont la couleur s’adapte au fond marin où elle évolue pour se fondre dans le paysage. Cela aurait été certainement plus local.
Tout simplement parce qu’il est haut en couleur le caméléon, bourru comme un gars du Sud Ouest, bigarré, car il peut être accueillant mais aussi fermé qu’une huître. La population du bassin est composée d’une mosaïque merveilleuse issue des poussées migratoires, il est très rare aujourd’hui de retrouver une famille (et il y en a) dont la souche remonte à plus de 300 ans. Chaque vague migratoire a permis l’installation de l’habitat du bassin, installation qui à chaque fois a pu irriter ceux arrivés eux aussi, mais avant.
Chacun y a emmené ses habitudes, en d’autres termes ses valises, imposant de nouvelles façons de voir qu’ils pensaient meilleures et qu’ils avaient pu croiser dans leur passé, ailleurs. Tout cela s’est empilé, sans organisation, anarchiquement et déboule aujourd’hui sur une cacophonie innommable. Le vocable caméléon daltonien concerne donc tous les habitants du bassin, fiers d’en être, mais dont la lecture du secteur demeure individuelle, partielle et partiale.
Une image pourrait parfaitement illustrer ce propos : un métro aux heures de pointe, la rame arrive dans la station, elle est pleine, ceux qui veulent en descendre ont du mal a se frayer leur chemin vers la sortie, ceux qui attendaient se ruent dans le wagon, en poussant ceux qui étaient tranquillement installés parce que ce n’était pas leur arrêt, et une fois entrés, se retournent et fustigent du regard les autres passagers qui eux aussi jouant des coudes essaient de tasser un peu plus les autres pour ne pas rater cette rame.

Un on n’est pas à PARIS, deux, il y a toujours plus ancien que soit, trois rien n’est légitime et inamovible, puisque nous ne sommes que de passage.

Il est donc question de permettre au caméléon daltonien que nous sommes tous, de caler ses couleurs sur celles des autres, et les autres d’accepter que certains puissent profiter aussi des bienfaits du soleil depuis la même branche.

A vos plumes et à vos partages, sans armes, ni violence, ni haine. Aimons le bassin tel qu’il nous a été remis et soyons fier de le partager et de le transmettre meilleur.


Publication originale sur facebook – intégrée à Mood In My Mind Nov 2018

Publication Bouch’B – Magazine
Propagande positive – Bassin D’Arcachon

Lire la version PDF – CAMELEON fevrier 18 

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :