La Génération d’Après Vous Envie et Vous en Veut – Collage Artistique Décrypté

Il y a quelques semaines, je partageais avec vous un article dédié au collages artistiques (Article collage photographié – Réflexions).
Final

Aujourd’hui, je vous propose une revue de presse critique personnelle et engagée. Une ouverture d’un débat collectif & des débuts de propositions pour un monde meilleur. Les commentaires sont admis. En revanche, ceux ci doivent être émis avec les formes manuscrites qu’exigent le respect de tous.

Les références (non exhaustives) étayant ma pensée seront mentionnées via l’ajout de liens hypertextes.

Baach by David LanhamL’ Objectif attendu : (r)éveiller nos cerveaux… Avant qu’on en arrive à leur fuite massive et totale ; sortir de concepts galvaudés & des « mots » créés dans l’unique but de « perdre » l’auditoire.

Création engagée : La génération d’après vous en veut et vous envie.

Blog essentiellement culturel et artistique, je ne résiste aujourd’hui pas à l’envie de faire un pont entre création artistique et notre société actuelle. La Génération d’après vous, vous en veut et vous envie (titre emprunté à l’un des articles de Courrier International objets de mes découpages choisis et faisant référence aux soixante-huitards), aurait pu s’intituler :

Comment créer un monde abstrait en détournant la société de ses réelles priorités. Du Pain et des Jeux.

Suite à une session de grand rangement de printemps, je suis retombée sur des courrierBaach by David Lanhams internationaux de 2008. Certains articles m’ont bouleversés au point que je ne pouvais faire abstraction de ces mots jetés sur du papier il y a quelque temps.

Un après midi pluvieux, j’ai donc pris mes ciseaux, de la colle et des cadres verres tout simples afin de bâtir un collage artistique dans l’air du temps pour égayer mes murs.

Un constat : la situation n’a pas bien évoluée… Grands déséquilibres mondiaux, paradoxe richesse &/VS bonheur, Politique déstructurée, l’encadrement d’un système libéral (ou quand la main invisible devrait être contenue)…

Baach by David LanhamCes dernières semaines, mois… On regarde l’actu en se demandant : « Dans quel monde on vit ? ».

Arthur s’en va ? Et ne va plus payer ses impôts en France ??BFM business a annoncé que l’animateur a choisi d’échapper à l’impôt français. Sitôt cette annonce faite, le buzz s’en est suivi. Et pour cause, son départ est inquiétant puisque la fortune de l’expatrié s’élèverait à environ 200 millions d’euros. Qui va abreuver notre système ?

Sur le papier et sur les lèvres, Honte à lui.

Autre exemple : on se souvient encore, en décembre 2012, de la polémique politico-fisco-sociale soulevée suite au jugement porté sur France 2 par le 1er Ministre de l’époque Jean Marc Ayrault à l’égard du comportement de Gérard Depardieu jugé « assez minable ». « Je trouve ça assez minable de se mettre juste de l’autre côté de la frontière. Tout ça pour ne pas payer d’impôts », a-t-il dénoncé, estimantBaach by David Lanham toutefois que Gérard Depardieu était une « grande star ». « Être Français c’est aimer son pays et contribuer à ce que les inégalités reculent. Mais ce type de comportement peu patriotique reste rare. Je préfère lancer un appel solidaire plutôt que de faire voter une nouvelle loi », a-t-il ajouté, alors qu’il était interrogé sur la proposition d’un député PS de déchoir de leur nationalité les exilés fiscaux. « 

Gérard Depardieu avait alors répondu ouvertement malgré les tentatives de justifications amorcées par le Gouvernement.

Baach by David LanhamLettre ouverte de Gérard Depardieu :

Minable, vous avez dit « minable »? Comme c’est minable.

Je suis né en 1948, j’ai commencé à travailler à l’âge de 14 ans comme imprimeur, comme manutentionnaire puis comme artiste dramatique. J’ai toujours payé mes taxes et impôts quel qu’en soit le taux sous tous les gouvernements en place.

À aucun moment, je n’ai failli à mes devoirs. Les films historiques auxquels j’ai participé témoignent de mon amour de la France et de son histoire.

Des personnages plus illustres que moi ont été expatriés ou ont quitté notre pays.

Je n’ai malheureusement plus rien à faire ici, mais je continuerai à aimer les Français et ce public avec lequel j’ai partagé tant d’émotions! Je pars parce que vous considérez que le succès, la création, le talent, en fait, la différence, doivent être sanctionnés.

Je ne demande pas à être approuvé, je pourrais au moins être respecté.

Tous ceux qui ont quitté la France n’ont pas été injuriés comme je le suis.

Je n’ai pas à justifier les raisons de mon choix, qui sont nombreuses et intimes.

Je pars, après avoir payé, en 2012, 85% d’impôt sur mes revenus. Mais je conserve l’esprit de cette France qui était belle et qui, j’espère, le restera.

Je vous rends mon passeport et ma Sécurité sociale, dont je ne me suis jamais servi. Nous n’avons plus la même patrie, je suis un vrai Européen, un citoyen du monde, comme mon père me l’a toujours inculqué.

Je trouve minable l’acharnement de la justice contre mon fils Guillaume jugé par des juges qui l’ont condamné tout gosse à trois ans de prison ferme pour 2 grammes d’héroïne, quand tant d’autres échappaient à la prison pour des faits autrement plus graves.

Je ne jette pas la pierre à tous ceux qui ont du cholestérol, de l’hypertension, du diabète ou trop d’alcool ou ceux qui s’endorment sur leur scooter : je suis un des leurs, comme vos chers médias aiment tant à le répéter.

Je n’ai jamais tué personne, je ne pense pas avoir démérité, j’ai payé 145 millions d’euros d’impôts en quarante-cinq ans, je fais travailler 80 personnes dans des entreprises qui ont été créées pour eux et qui sont gérées par eux.

Je ne suis ni à plaindre ni à vanter, mais je refuse le mot « minable ».

Qui êtes-vous pour me juger ainsi, je vous le demande monsieur Ayrault, Premier ministre de monsieur Hollande, je vous le demande, qui êtes-vous? Malgré mes excès, mon appétit et mon amour de la vie, je suis un être libre, Monsieur, et je vais rester poli.

Gérard Depardieu

Sur le papier et dans ce contexte, la polémique avait difficilement été endiguée. F. Hollande avait alors refusé de « blâmer » Gérard Depardieu, J.M. Ayrault était revenu sur ces propos… Autant de réactions puériles face à un problème d’envergure.

Ensuite, il y a eu toutes les invitations de la Russie à l’encontre de Monsieur Depardieu. Bien honnêtement, je ne veux même pas savoir où il a payé son impôt cette année. Vu la polémique, j’imagine que ce n’était pas sur le sol français. dans un monde globalisé, internationalisé, ça ne m’étonnerais pas. En revanche les motivations de fond m’intéressent plus car ce départ médiatisé est loin d’être le seul. pourquoi décide t-il en Bon Français, de payer cet impôt ailleurs?

Nos valeurs ne sont elles pas LIBERTÉ ÉGALITÉ FRATERNITÉ? La liberté de choisir son lieu de résidence quand certains pans vous apparaissent insoutenables est-elle anticonformiste, irrespectueuse ? Il est temps de se poser les Vraies Questions, nous qui nous targuons d’être de grands défenseurs des Droits de l’Homme?

Ne faudrait-il pas se poser les bonnes questions ? La 1ère sous tendue : Comment peut-on aujourd’hui exprimer un Patriotisme (fiscal entre autre…) alors que nos dirigeants ne s’avèrent pas aptes à nous fédérer ou à nous montrer l’exemple ?

Baach by David LanhamOn entend le mot exemplarité dans toutes les bouches. L’actualité de nos politiques n’est elle là encore pas suffisamment antagoniste ? Même Valérie Tierweiler s’est-elle même interrogée sur ce point… C’est dire ! Nos « Modèles » ne pourraient-ils pas se regarder avant de blâmer leurs voisins, compatriotes, concitoyens… ?

Extrait du Livre Merci pour ce moment – tiré des morceaux choisis du Figaro «Où est le président exemplaire? Un président ne mène pas deux guerres tout en s’évadant dès qu’il le peut pour rejoindre une actrice dans la rue d’à côté. Un président ne se conduit pas comme ça quand les usines ferment, que le chômage augmente et sa cote de popularité est au plus bas.» (page 19)

L’affaire Cahuzac où le ministre délégué au budget se voit accusé de fraude fiscale ; la démission de Jean Francois Copé suite aux abus présumés de fausses facturations, les mises en examens régulières de nos politiques…. VS Exemplarité.

Sans oublier les frasques sexuelles des hommes politiques montrées dans les tabloïds et portées au rang d’affaire d’État (Bill Clinton et Monica Lewinski ; DSK et Nafissatou Diallo ). Plus récemment, l’affaire dans laquelle DSK est entendu pour des suspicions de proxénétisme. Une débâcle dégueulasse de pratiques (certes sexuelles) personnelles; et pendant ce temps là, une nouvelle loi (Macron), motion de censure… Bien honnêtement, est ce que la vie sexuelle de nos dirigeants nous regarde t-elle tant qu’elle ne touche pas à l’intégrité de l’humanité ? Et au delà de cela, même si les préoccupations humaines Baach by David Lanhamdécoulent de la libération des mœurs et des pratiques, ces préoccupations doivent elles s’immiscer jusqu’aux confins du monde politique. Parler des « mises en bouches » d’un homme face à une prostituée… N’était-il pas là pour une affaire de proxénétisme? Le débat n’est pas là. Revenons à nos moutons !

La prostitution, la séduction, les pratiques sexuelles… Dans nos sociétés où le Sexe est vendeur, ces thèmes nous sont-ils inconnus ? Non. Pour autant, souhaitons nous partager notre vie sexuelle intime ? Les politiques ne peuvent se poser ce genre de question, merci les paparazzis…

Entre affaire de fesses ou dépenses de l’argent public & escroqueries, il y a deux poids, deux mesures. Selon moi, les comptes ne sont à rendre que dans le second cas ; tout comme les entreprises rendent des comptes annuellement, l’État le fait également. On peut encore être libre de dépenser l’argent gagné à la sueur de son front mais il convient de rendre des comptes  lorsqu’il s’agit des comptes de la Nation !

Le dégoût pour les politiques/la politique de tout bord et leur façon de manœuvrer ; la Politique s’en retrouve salie et illégitime. A l’heure de l’exemplarité, les français attendent que les Intouchables montrent l’exemple et cessent de défrayer la chronique pour des Histoires de plus en plus aberrantes.

Baach by David LanhamSi l’on reprend les histoires des couples présidentiels, on constate que nos politiques ne sont rien d’autres que des Humains : qui divorcent et se remarient (Cécilia Sarkozy puis Carla Bruni-Sarkozy) dotés d’émotions, de sentiments et de passions. Notre président actuel en vient même à nous aider à parfaire la réalité du concubinage, notion juridique civile. Après son divorce, F. Hollande aurait donc partagé sa vie avec Valérie Trierweiler. Puis avec Julie Gayet, dont la relation avait été étalée aux yeux du public par Closer. C’est d’ailleurs Paris Match qui a « officialisé » la relation de Notre Président. Waouhhh Les sources !!! (pardon c’est sorti tout seul).

L’article 515-8 du Code civil définit le concubinage comme « une union de fait, caractérisée par une vie commune présentant un caractère de stabilité et de continuité, entre deux personnes, de sexe différent ou de même sexe, qui vivent en couple ».

La vie rendue publique de nos Présidents traduit une évolution sociale importante et à mon goût qui s’avérait nécessaire à l’heure du laïcisme où certains choix pouvaient être jusqu’alors honteux tant leBaach by David Lanham poids de la chrétienté sur notre État était fort (Divorce, Union libre, Homosexualité…). Notre société est progressiste : à la bonne heure ! Et nous espérons évoluer dans un monde de Tolérance & de Respect de tous. Les croyances sont si personnelles & propres à chacun(e)s.

Ce n’est donc pas cela qui me dérange. Ce qui me dérange et m’interroge tourne plus autour de la thématique de l’exemplarité encore une fois.

Baach by David LanhamEn effet, il semble qu’à l’heure où les riches quittent honteusement nos frontières, où l’on demande à ceux qui restent de se serrer la ceinture pour abreuver notre système, tout le monde souffre d’une pression fiscale difficile à soutenir économiquement au sein des foyers…

Il serait bon que tout le monde se plie à cette austérité. Ou tout du moins, mettre en place des systèmes de transparence de la dépense publique afin d’attester et ré instaurer un climat de confiance dans notre société; Un peu comme ce qui est de mise au Canada, contrée où le climat social est apaisé et cela même en présence d’une population immergée multi-culturelle.

Je m’explique. D’un point de vue fiscal, les concubins sont tenus à des impositions séparées au niveau de l’impôt sur le revenu mais pas pour l’ISF.

Un article publié sur le site contrepoints.org expose clairement la situation du feu couple Hollande- Trierweiler. Xavier Kemlim, usant de son droit de tout citoyen, a été convoqué au TGI de Paris le 13 novembre dernier. Celui ci cherche à obtenir des informations sur la situation du couple et souhaiteBaach by David Lanham dans ce cadre porter plainte contre Valérie Trierweiler. Non pas que les histoires de cœur le motivent mais plus pour des questions d’Étique citoyenne. Il aimerait savoir pour quelle raison sa compagne n’occupant aucune fonction publique, bénéficier d’une équipe de collaborateurs payés avec de l’argent public. Merci pour ce Moment a dû alimenter son enquête !

Personnellement, au moment où je me posais la question de l’ouvrir par curiosité, j’ai retenu les mots vengeurs de Valérie, femme déchue qui avait bâti toutes ses espérances de réussite & d’ascension sociale sur son concubin… Pour ce que j’en ai lu, elle m’a fait l’effet d’une chienne de garde enragée, déterminée à servir les intérêts de son couple avant ceux d’une nation. Je n’ai pas pu lire plus. Bien diplômée, on aurait pu penser qu’elle croyait à la promotion sociale ; et au système méritocratique. Comme elle, peut-être nous aussi, nous déchantons parfois. En revanche, il m’apparaît triste d’espérer « se faire sa cerise » en épousant un homme riche ou de pouvoir… Il serait peut-être plus sain pour cultiver une certaine estime de soi d’opter pour une opiniâtreté dans la Vie, une Détermination et une certaine Combativité pour s’en sortir. Pour une féministe, son positionnement est… Particulier. J’aurais pensé que son cursus universitaire lui aurait permis de contrevenir aux théories de déterminisme social (notion en débat au sein du Groupe de Cairns) & qu’elle aurait naturellement opté pour les théories portant l’ascension sociale (Débat ouvert par Sciences Po  par  Naudet, Jules (2007). « L’expérience de la mobilité sociale ascendante : les deux visages de la réussite sociale ») en finalité. Bref!

Baach by David LanhamComme Xavier Kemlim, je me pose également la question. De plus, si Madame Trierweiler n’était pas 1ère Dame de France celle-ci accompagnait notre Président dans ces déplacements ; là encore aux frais de la nation, à l’heure de l’austérité; disposait de nombreux conseillers (à quel titre? fonction?…)… Bon ce qui est rassurant c’est qu’étant donné que le livre s’est vendu comme des ptits pains, et qu’une adaptation ciné est envisagée, on espère que tout cet attirail sera assumé par ses deniers personnels et non ceux des contribuables.

Une Sextape de DSK m’aurait moins dérangée (non désolée, pas de lien ici!)… Si on ne peut plus rire !Baach by David Lanham

Or, “Quand le président Hollande a commencé sa campagne, il n’a pas fait mention d’un lien quelconque avec Valérie Trierweiler dans sa déclaration de patrimoine, qui sert de base de calcul à l’ISF. La loi dit Baach by David Lanhamque l’ISF (à la différence de l’IRPP) est déclaratif en couple, marié ou pacsé (article 885 A. CGI). Il n’y est par ailleurs pas fait référence à un statut particulièrement spécifique au Président de la République »

Comme le résume l’auteur de l’article contrepoint, il y a deux options:

  • Option 1 : Hollande et Trierweiler sont en couple, donc la déclaration ISF de Hollande est fausse, donc il faut considérer l’idée d’une possible nullité de l’élection présidentielle 2012 pour cause de fraude fiscale. (ou tout du moins exiger le paiement de cet impôt).
  • Option 2 : Hollande, dans sa déclaration ISF, n’a pas dit qu’il est en couple. Il est donc célibataire au sens fiscal du terme. Donc Valérie Trierweiler bénéficie indûment d’argent public.

A ma connaissance, aucun retour…

Valérie a répondu à mon interrogation de fond suite à la publication de son œuvre : Xavier Kemlim

Baach by David LanhamLe Daily Telegraph dans un article de janvier 2014 revient sur les réponses attendues par les français à cet égard. & Maintenant même Quid avec Julie Gayet. On va jamais s’en sortir avec notre Soap Opera Quinquenal. Dans cet article, on y reçoit une analyse très claire de la position de la France vue de l’international. A lire ! En plus de les faire rire, ils ont parfois même peur de la gouvernance française.

Entre déboires sentimentaux de nos politiques, guéguerres inter & intra-partis à l’heure où il ne devrait plus y avoir de couleurs politiques mais un Intérêt Commun où chacun, éclairé par les informations mises à disposition, pourrait prendre SA décision, ou tout du moins avoir envie de s’exprimer (cf. les taux d’abstention records). L’actualité de ses derniers temps est « croustillante »… On en oublie ce qui ce passe en Grêce. J’en viens (presque) à regretter la Love story Nico & Carlita

Le Président Hollande au fil de son mandat, semble bien passif ; et de moins en moins légitime tant ces promesses illusoires de campagne n’ont pas été tenues. On se souvient du beau discours rêveur du Bourget ; drôle à rire jaune en le relisant à N+2. On se souvient également de l’envolée verbale en réponse à Laurence par le candidat à la présidence de la République à base de « moi président de la Baach by David Lanhamrépublique« . Le problème c’est peut-être le début de son anaphore : MOI en fait… cela aurait été de bon ton que le nouveau représentant de la Nation soit en quête d’humanité et d’émulation économique en France et non pas attiré par le trône présidentiel… J’aurais rêvé d’un NOUS, ENSEMBLE… Bref ! Il ne s’agit que de mots, on sait que seuls les actes comptent.

On rit de lui, de nous à l’international. La France en mode Dallas son univers impitoyable… Entre postures, mots manqués & reflux gastriques, cours de géopolitique séchés, en passant par les cravates zigzag, les bêtisiers… sans parler du fond.

Et l’analyse d’un bilan ? Je ne suis d’ailleurs pas la seule à me demander ce qu’il reste du discours du Bourget, des promesses non tenues…

Baach by David LanhamLa demande sous tendue si on doit tous faire preuve d’austérité : transparence. En début de mandat, on s’est réjouis de la baisse du taux d’endettement de la France ! Youpi, moins de dettes !! Euh… non en fait… désolés, on nous a bien eu : on est pas moins endettés mais la dette coûte moins cher. tout ce « gain » était lié à la baisse des taux d’intérêt. Encore une histoire de finance et de spéculation… c’est vrai on allait presque oublier que c’était la Money qui dirige le monde

La fracture sociale est la ! Plus que jamais. Palpable. Une constante : le raz le bol général. Comme quoi, même à l’heure des grandes divergences médiatisées, on trouve des points de ralliement !

François Bayrou avait érigé en combat à l’époque de sa campagne la lutte contre les manœuvres sous laBaach by David Lanham présidence de Sarkozy & aboutissant à une division du peuple. Si on se demande ce qu’il en est désormais, nul besoin d’attendre la fin du mandat actuel pour avancer un ressenti : les fractures ne cessent croître. La Haine, la Violence montent à cause des difficultés de la vie. Mes ballades photographiques m’ont permis de constater que les sourires disparaissent des rues…

Alors pour reprendre une réitération Présidentielle culte : (promis, je serai plus brève!)

Baach by David LanhamMoi, citoyenne française, je ne comprends pas cette différence privé public…Entre le nombre de congés annuels (RTT & congés…), les régimes de protections sociales, les exigences de productivité, les ‘invivables-invirables’ de la fonction publique (allez, on a tous une histoire de Roger, payé par l’État (employé de collectivité, prof…) qui a déjà tant donné et qui, sur une journée, est aussi productif qu’un salarié entrant en une demi journée. Pourtant, grâce à l’ancienneté et à la pénibilité, Roger est plus payé que le nouveau salarié plein d’entrain)… A l’heure où la crise se refait sentir et que nous n’en sommes aux prémices, il serait temps de calquer ses régimes. Ne suivons nous pas tous le même destin si l’Économie française ne cesse de se dégrader. Déjà, il y a 5 ans en mémoire de fin d’Études, ma problématique portait sur l’amélioration des services d’une Préfecture de Région dans laquelle j’effectuais mon stage. Nous avions pu constater que la solution, afin de maximiser le service rendu à l’usager, était de le considérer comme un client. en gros, calquer sur le régime public certains principes appliqués dans le secteur privé.

Baach by David LanhamMoi, citoyenne française, je ne comprends plus que l’initiative économique privée soit mise à mal culturellement en France. Dans les autres pays, on apprend à tomber et à se lever. En France, on apprend à tomber. 
Je ne comprends plus pourquoi les Banques, véritables ponctionneurs de richesse nationale et internationale, bloquent l’initiative économique privée. Les Banquiers sont des vendeurs. Parfois, souvent, de produits de spéculation. Alors que nous, comme eux, nous avons les deux pieds dans notre réalité. 
Là aussi, d’après moi & considérant l’exemplarité nécessaire au bon fonctionnement social d’une nation, je ne comprends pas pour quelle raison, quand les banques vont mal, la France ouvre le tiroir caisse pour éviter une banqueroute nationale. Et quand la prospérité est au RDV, la France ne voit pas de flux inverse. Toute la différence résiderait entre subventions ou crédit/prêt octroyé : curieux quand on sait que les principaux prêteurs en France sont des Banques… La spéculation s’immisce partout. Encore heureux certaines marchandises sont exclues de ce système… Ce manque de morale n’affecterait pas que Baach by David Lanhamles politiques & inonderait nos sociétés via la Finance et les Banques. Au point que le manque de morale joue sur notre moral ! La dernière crise n’aura pas servi à assainir la finance. ça me dégoûte, d’attendre, impuissante, la prochaine, qui à mon sens risque d’être dévastatrice si l’on se réfère aux signaux d’alerte qui s’agitent à tous les niveaux.

Dans la réalité, la vraie richesse c’est celle du travail & de sa reconnaissance. Pas la spéculation, déconnectée, telle un grand jeu de société où seuls les traders ont le droit de participer. Les primes versées telles un prix du silence quant aux règles du jeu. Un enivrement par les chiffres. Les travailleurs, les vrais sont à bout de souffle et en mal de confiance. La réussite ne semble plus avoir sa place.

D’après un article tiré du journal Courrier International, la percée du FN est un « message populiste d’exaspération » (24.03.2014). La presse étrangère avait annoncé y voir une sanction à l’égard du gouvernement Hollande. Elle avait prédit un mauvais présage pour le scrutin européen à venir. Et elle ne s’était pas trompée !

Le bilan est clair : lors des dernières élections européennes le taux de participation était de 42,43%Baach by David Lanham environ. Plus d’UN français sur DEUX ne semble pas vouloir prendre part à la vie civique dans un pays où on parle beaucoup de DROITS mais peu de DEVOIRS. Je ne pense pas qu’il s’agisse de désinvolture civique mais plus d’un absentéisme lié à un manque de sentiment personnel d’investissement dans la constitution du débat politique. Déjà au niveau national, c’est difficile d’y croire… Alors au niveau européen…

On rejette l’Europe peut-être car nous n’avons pas été associés à sa création. Alors qu’elle pourrait être à même d’obtenir un Salut économique dans la tourmente actuelle. On préfère retourner à nos spécificités régionales, notre culture locale. Un repli. Si nos gouvernants ne sont plus aptes à nous fédérer autour de valeurs communes, ne pourrions nous pas sortir de nos carcans français et devenir de véritables européens fiers de leurs spécificités régionales par nous même? Simplement ? Dans le dialogue & la tolérance. Une démocratie en fait.

Baach by David LanhamMoi, citoyenne française, je ne comprends pas que les différences culturelles et religieuses viennent opposer les hommes alors qu’il s’agit là de convictions personnelles. Surtout après Charlie… No comment.
A cela s’ajoute mon énervement dès lors que je me rends compte qu’au lendemain d’un attentat, certains débattent afin d’estimer qu’un tel ou un tel aurait dû inviter une telle ou un tel. Des manœuvres puériles à des heures où l’Humanité est face à de nouveaux défis. La plupart des marcheurs sont venus dans la rue spontanément. Il n’y avait pas de rassemblement organisé. Alors nul besoin de s’attribuer politiquement une action humaine & spontanée.

Baach by David LanhamMoi, citoyenne française, je ne supporte plus de voir que parler d’un système méritocratique est aujourd’hui illusoire. On se bat pour nos années d’études. Pas forcément pour gagner plus que les autres mais pour accéder plus vite aux postes intéressants. Au final, nombreux sont les sur-diplômés au chômage. Nos rêves sont brisés & l’économie s’en ressent. D’après moi, la Finance a acté le désenchantement de notre société. La réussite (et le bonheur) découlerait de l’importance des revenus amassés. ces revenus parfois disproportionnés par rapport au revenu des autres sont le résultat d’un travail à la sueur d’un front ou de combines douteuses . L’objectif étant de dépasser l’autre à n’importe quel prix. Je peine à croire que le Bonheur passe par ce type d’accomplissement. Gagner dignement sa vie, et vivre heureux. L’argent tel un moyen & non tel une fin. Mes principes de base.

Mais attention nous n’en sommes pas là. La société m’apparaît tirée vers le bas. Les caisses sont vides. IlBaach by David Lanham faut agir avant que notre Épargne ne soit engagée (pour ceux qui ne sont pas déjà « à poil » ou outre frontière).

Baach by David LanhamMoi citoyenne française, je ne comprends pas pour quelle raison la gestion de la France n’est pas opérée telle celle d’une grande entreprise. On ne parle que de tactique (politiques de réajustement : on agit quand la crise est là. Pas d’anticipation), de marketing et de communication (faciliter l’échange, sondages d’opinions)… A mon sens, l’Énergie n’est plus déployée dans le bon sens : Stratégie (Visions sur le long terme qui semblent incompatibles avec les cycles quinquennaux), Management (du changement, culturel & Humain), sont passés sous silence. L’objectif d’une élection semble être le pouvoir et non exercer une gouvernance. On passe son temps à analyser la popularité à l’instant T. On oublie que les bonnes politiques stratégiques se mènent dans le temps et que la tactique n’est là que pour réajuster les prévisions développées en amont dans les business plan.

Baach by David LanhamNotre gouvernement m’apparaît parfois totalement incompétent. Jusqu’au mépris des règles juridiques (méprise du Conseil Constitutionnel), économiques (octroi d’avancées sociales au mépris des réalités économiques du moment, un attentisme à ce niveau aurait pu être de mise en période d’austérité) et logiques (logique opérationnelle découlant de la stratégie établie non fonctionnelle) s’imposant à eux.

 

C’est la raison pour laquelle j’en reviens aux filières dédiées aux carrières politiques. Nos Politiques sortent de l’ENA (pour en savoir plus sur le contenu des filières de formation de l’École Nationale d’Administration – cliquer ICI).

En résumé, qu’en-est-il de L’ENA ? Fondée en 1946 par un stalinien Français Maurice Thorez, l’École Nationale d’Administration (ENA) a vocation à former les hauts fonctionnaires de la nouvelleBaach by David Lanham république.

Simon Kuper, dans un article publié en mai 2013 et un second dans la foulée exposent bien le mal affectant nos usines à politiques.

“Depuis, l’ENA a produit pléthore de membres de l’élite politique et financière du pays, dont le président François Hollande.” (…) “Les élites françaises se définissent par leur intelligence. Elles sont principalement recrutées dans deux écoles au processus de sélection sévère : l’ENA et l’Ecole polytechnique (que l’on appelle communément “l’X”). “Nulle part ailleurs dans le monde, les carrières – et le destin de toute une nation – ne sont à ce point tributaires des écoles que l’on fait”, écrit Peter Gumbel [ancien grand reporter à Time Magazine] dans son dernier livre, France’s Got Talent [Elite Academy. Enquête sur la France malade de ses Grandes Ecoles, éd. Denoël, mai 2013]. “C’est pourquoi, même âgés, certains membres de l’élite se présentent en tant qu’‘ancien élève de l’X’.” “

Après des débuts florissants, “tout est allé de travers. Dans les années 1960, le sociologue Pierre Bourdieu dénonçait déjà les défauts de l’élite : la classe dirigeante prétendait être une méritocratie ouverte aux gens brillants quelle que soit leur origine, mais en réalité elle s’était muée en une caste incestueuse.

C’est la plus petite élite à gouverner un grand pays. Elle vit dans quelques arrondissements chics de Paris. Ses enfants vont tous dans les mêmes écoles dès l’âge de 3 ans. Quand ils atteignent le début de l’âge adulte, les futurs responsables de la France se connaissent tous. Anciens camarades de classe, ils deviennent des “camarades de caste”, expliquent les sociologues Monique Pinçon-Charlot et son époux Michel Pinçon.

Aux Etats-Unis, jamais un PDG et un romancier ne se rencontreront. En France, les membres des élites politiques, entrepreneuriales et culturelles ont pour ainsi dire fusionné. (…).

Les élites constituent la seule classe française à faire preuve de solidarité interne, poursuit Monique Pinçon-Charlot. Elles sont liées par des secrets communs. (…) Pour paraphraser l’auteur anglais E. M. Forster, ces gens trahiraient leur pays plutôt que leurs amis. Ils justifient les faveurs qu’ils s’accordent au nom de l’amitié. En fait (comme l’ont souligné le journaliste Serge Halimi et d’autres), c’est de la corruption.

Une caste aussi réduite, issue des mêmes écoles, souffre immanquablement d’un autre travers, tout aussi dangereux : la pensée de groupe.(…) La mondialisation aussi a eu un impact. Les élites françaises n’ont pas été formées pour réussir dans le monde, mais dans le centre de Paris. François Hollande, qui a fait trois grandes écoles [l’IEP Paris, HEC et l’ENA], découvre aujourd’hui la planète en tant que président. Il s’est rendu pour la première fois en Chine en avril, lors de sa visite officielle. Ces temps-ci, beaucoup de Français réussissent à Londres, à New York ou dans la Silicon Valley, mais, en règle générale, ils n’ont pas de contact avec l’élite du pays.

Cette dernière ne va pas disparaître d’elle-même. Du reste, une menace bien pire se profile : l’élection, en 2017, de la première présidente authentiquement antiélite, Marine Le Pen.”

Baach by David LanhamJe me demande si ce type de recrutement exclusif ne serait pas à l’origine d’une déconnexion du monde politique et du monde des autres (le monde réel à mon sens).

Je m’interroge également quant à savoir si les semestres économiques et géopolitiques sont réellement poussifs… Je ne suis pas la seule à penser une approche « douteuse » des préceptes économiques, des mécanismes et des rouages que cela implique. A droite, le New York Times, en janvier 2014, a affirmé que « pour l’économiste Paul Krugman, ce qui est vraiment choquant aujourd’hui en France, c’est d’entendre François Hollande souscrire aux vieilles doctrines économiques de droite. – Une soumission qui vire à la faillite intellectuelle. ».

Là encore, les mises en gardes sont là. Les œillères doivent tomber pour que les décisions politiques soient plus réalistes et proches du monde réel. La dernière mise en garde élégante et intellectuellement viable que j’ai pu voir : les réflexions de Lorànt Deutsch Invité sur le plateau du grand journal pour présenter la dernière pièce dans laquelle un rôle lui a été confié : le Système. Celui ci ne se cache pas de ce qu’il pense de la pression fiscale pesant sur la France actuellement.

« L’histoire se passe il y a 300 ans… A la mort de Louis XIV, l’État français est ruiné. L’Écossais John Law, joueur de cartes de génie, prétend pouvoir sauver l’État de la faillite. Il convainc le Régent d’essayer son Système : faire du commerce et des échanges avec de la monnaie de papier et des actions. Il vient d’inventer l’économie moderne. Au début, cela fonctionne à merveille. Trop bien même. Bientôt, la machine s’emballe, tout le monde se met à spéculer, la bourse flambe…

 Le Système, c’est une comédie haletante sur les coulisses du pouvoir et de la finance… calculs, manipulations, trahisons et intrigues au cœur d’une cour libertine et cupide.

 Antoine Rault est l’auteur du Diable Rouge, pièce qui a été nommée sept fois aux Molières et qui reçut le Globe de Cristal de la meilleure pièce. Didier Long a été nommé sept fois pour le Molière de la meilleure mise en scène. » Pitch de la pièce d’Antoine Rault, mise en scène par Didier Long aux artistes riches intellectuellement (Lorant Deutsch, Stéphane Guillon, Eric Metayer, Urbain Cancelier, Marie Bunel, Sophie Barjac, Stéphanie Caillol, Philippine Bataille)

Le menu de la pièce semble bien alléchant !

Bref, sur le plateau,  Lorant Deutsch il a été question de la capacité des peuples à subir une pression fiscale injustifiée. Manque de bol, je ne retrouve pas de lien… pour me faire pardonner, on le retrouve sur sa vision de la France actuel et sa vision du sectarisme sur le Before du Grand Journal.

Baach by David LanhamLa France serait « le maillon faible de l’Europe » en Espagne, Outre-Atlantique,… J’arrête ! Mais pour reprendre une expression infantile « c’est quand maintenant? », parce que niveau Changement, il va falloir Amorcer.

Le Monde bouge mais Sans Nous. La France se meurt mondialement.Il faut dire ce qu’il ait et faire taire le coq qui sommeille en nous (à crier même quand il a les pieds dans la m*****). Continuer à perdurer dans un système qui pourrait être sauvé dans ces principes sociaux si de claires reformes viennent reformer un système aux rouages parfois obsolètes.

L’Économie devrait se baser sur l’analyse de l’expérience (et donc des théories historiques économistes) mais aussi sur l’évolution actuelle des comportements, attentes & ressources en présence, pour créer un nouveau modèle fonctionnel pour tous, compréhensif des différences & respectueux de tous et des enjeux en présence.

Le premier pan pour ré instaurer le respect de tous et la compréhension du système global par tous serait d’après moi d’instaurer la transparence (politique & médiatique) bien loin des enjeux imposés par les lois de la Finance & des Lobbies. En découlerait l’exemplarité de fait. Et un Respect.

Baach by David LanhamRésultat : Aujourd’hui, on a plus de Cap. L’horizon est à 5 ans. Rien sur une vie.

Autant vivre la réalité économique tous ensemble en permettant à tous de comprendre les enjeux du monde actuel et les acteurs en présence (leurs poids). Les français peuvent comprendre. Les chantiers sont nécessaires. Des réformes directes et bien repensées par les acteurs impactés dans un climat de dialogue : de certaines branches d’activités, de certains régimes sociaux qu’il serait sage de protéger pour ne pas les tuer…

Alors demain Peut-être… En attendant chez moi, j’ai apposé ce collage sur mon mur, histoire de me dire qu’il ne vaudra pas pour l’avenir !


Voila, c’était mon Mood sociétal personnel, celui qui m’a fait cogiter pendant mes heures de découpage-collage. Si des envies de partage vous taraudent, n’hésitez pas à commenter, partager. & promis, les prochains posts seront plus frais !

Baach by David LanhamRemerciements contributions graphiques

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s