Nouveaux formats d’habitat – Du rêve à l’urgence

De nouvelles formes d’habitat voient le jour. Containers, maisons roulantes, maisons en bois, cabanes de recup… Entre rêve et curiosité, nous avons choisi de vous exposer les alternatives au « logement classique » ainsi que des informations et réflexions associées.

Les alternatives émergentes

L’émergence de nouvelles formes d’habitat est indéniable !
On entend par là : structure pour y abriter la vie. Les nouvelles alternatives que nous souhaitions évoquer sont les suivantes (des alternatives réalisables aux projets les plus délires).

  • Les Tiny Houses 

Tiny Houses – Vu sur habitat-bulles.com

Les Tiny Houses signifient petites maisons et désignent de petits formats d’habitat; sur roues la plupart du temps.

Tiny house – vue sur habitat-bulles.com

Cette forme d’habitat s’est « démocratisée » aux Etats Unis suite au passage de l’Ouragan Katrina. Une réponse à l’urgence d’une situation et aux besoins de rebâtir en prenant en compte le territoire à risque.

Tiny House reconstruite après le passage de l’ouragan Katrina – VU sur tinyhousefor.us – Mississippi Memory House

La crise immobilière qui a touché les Etats Unis a accentué les initiatives de constructions de ce type. Jay Shafer, designer, a contribué à la reconnaissance de ce type d’habitat en proposant de décliner ce format : simplicité pour un habitat conforme aux principes classiques de l’architecture.

Dignity Village – Portland – Par Kamba Productions – Vu sur dignityvillage.org

Les initiatives personnelles ont suscité outre atlantique des initiatives collectives pour lutter contre la précarisation de vie des exclus sociaux. Dignity Village (le Village Digne /de la Dignité) est un village qui a vu le jour en Oregon. A l’origine, il ne s’agissait que d’un terrain de camping. Aujourd’hui, il s’agit d’un campement reconnu comme une ville. Environ 60 sans abris y ont trouvé un toit.

AU DEPART – Dignity Village – Portland – Par Kamba Productions – Vu sur dignityvillage.org

UN VILLAGE MIS EN PLACE – Dignity Village – Portland – Par Kamba Productions – Vu sur dignityvillage.org

Le mouvement insufflé par Dignity Village prend de l’ampleur en témoigne l’émergence du projet Madison dans le Wisconsin.

En France, quelques uns ont déjà franchi le pas et partagent volontiers leurs expériences. C’est le cas notamment du développeur du blog habitat-bulles.com qui propose son propre partage d’expérience de construction.
Même en creusant, en France, on ne sait pas bien de qui, était le premier entre l’oeuf et la poule. Le « père » initiateur de la tendance France sera Yvan Saint-Jours, fondateur du magazine La maison écologique. Si le fait qu’on lui doive les 1ères Tiny Houses est controversé, ce qu’on peut dire c’est qu’il ne cesse de militer pour l’habitat autonome.

Cette tendance ne date pas d’hier mais on voit tout le potentiel de cette construction dans le contexte actuel.

Pour l’anecdote, le Corbusier avait déjà de son temps bâti une tiny house (même si à l’époque, on ne la nommait pas encore ainsi) : une maisonnette réduite au confort minimum réalisée pour sa femme. Son petit « château » comme il l’appelait, se trouve à Roquebrune-Cap-Martin.

Cabanon le Corbusier – Vu sur Habitat-bulles.com

  • Le Nano Habitat

La Tiny house a d’ordinaire un cachet qui ressemble à celui des chalets, des mini-maisons. Le Nano Habitat désigne l’espace d’habitat réduit à l’essentiel des mètres carrés nécessaires à la vie confortable. Parfois, le format imaginé est totalement incongru.

L’anthénéa, la Maison Bateau imaginée par J. L. DUCANCELLE – Vu sur habitat-bulles.com

Pour 46 000 euros départ usine, l’architecte J.L. Ducancelle a développé une maison bateau. Retrouvez les informations détaillées sur habitat-bulles qui liste les avantages de ce type d’habitat & la philosophie de l’architecte.

Le Nid d’Eau de l’architecte Giancarlo Zema – Vu sur mrmondialisation.org

Soutenu par EcoForLife, l’architecte italien a développé une construction flottante inspirée des nids d’oiseaux aquatique. Elle est bâtie à 98% en matériaux recyclés, comme un nid en somme !
Un système de panneaux solaires et de ventilation adapté viennent soutenir la recherche de faible consommation énergétique.

Là encore, la limite c’est notre propre imagination.

  • L’habitat bois en kit et passive

Attention, on ne parle pas des chalets. Vous n’aviez certainement pas besoin de ces informations que vous connaissez déjà. Non, on parle ici de maison pas chère et recyclable. L’intérêt est qu’il s’agit de constructions passives (autonomes).

VIMOB – Maison en kit commercialisation en Amérique du Sud – Vu sur mrmondialisation.org

La VIMOB a été créé par le Collective Créative en Colombie. Cet habitat alternatif est modulable, durable et limite les impacts environnementaux. On peut se faire livrer n’importe où. Le Bémol, en France, on ne sait pas si ce modèle a un avenir en l’état : les températures ne sont pas les mêmes qu’en Amérique du Sud… Les performances énergétiques de l’habitat seront elles, en l’état au RDV ?


 

Popup house de Corentin Thiercelin implantée à Nimes – Vu sur http://www.popup-house.com

En France cette fois ci, la Pop-up House de multipod Studio a été inventée par Corentin Thiercelin : montée en 4 jours, 150 mètres carrés pour un coût hors main d’oeuvre de 37 500 euros pour le prototype présenté. Bien isolée et équipée, il s’agit d’un logement autonome et confortable. Avec ses dimensions, on est bien loin du minimalisme propre aux tiny houses. Différents modèles sont commercialisés sur leur site internet.


La maison active B10 – Vu sur mrmondialisation.org

En Allemagne, la B10 a vu le jour. Là encore, il ne s’agit que d’un prototype présenté en 2014. On ne parle pas ici de construction passive mais de construction active : 100% recyclable et triple zéro (Zéro énergie, Zéro émission, Zéro déchet/perte). Histoire d’être vraiment tranquille, elle produit deux fois plus d’énergie qu’elle n’en consomme.
Clairement, ce type de proposition s’inscrit dans l’avenir !

  • Transformation de l’existant

Certains prennent l’option de rénover de l’existant pour attribuer une nouvelle fonction à l’objet de base. En effet, on se rend compte que la seule limite c’est l’imagination. Il faut également cesser de regarder tout objet vieillissant tel un rebus/déchet mais un objet plein de potentiel détourné de son utilisation initiale.

C’est le cas d’un couple qui a choisi transformer un bus scolaire en une maison de rêve.

Le Bus de rêve de Mira et Jeremy Thompson – Vu sur Mrmondialisation.org

Tant qu’on aborde ce sujet, il existe également des solutions mises en oeuvre dans le cadre du logement d’urgence. Dans certains états, il est possible de mettre à disposition des logements anciens aux plus démunis qui, en l’échange de la mise à disposition de cet habitat se chargent de réaliser des travaux de rénovation (entendus avec les propriétaires bien naturellement !).

Quand des mal-logés rénovent immeubles et maisons abandonnés pour y recréer des espaces de solidarité – Vu sur Kaizen-magazine.com

Cela se révèle être une démarche écologique et solidaire qui contribue à l’intégration et à la valorisation des exclus (par les liens créés & le travail accompli nécessaire à l’estime de soi) ; tout en soulignant l’attrait pour les logements « historiques », qui faute de moyens, tombent en décrépitude, risquant peu à peu de laisser place à de grosses constructions bétonnées (et on le sait, le béton ne se recycle pas. On l’assemble. Cela crée un déchet dès son façonnage).

  • L’habitat Container

La maison container construire par Ecopods – Vu sur maisons-containers.com

Les maisons en containers fleurissent  ; création des temps modernes liée au cycle de vie des containers maritimes. De plein pied, minimaliste, gigantissime, à étage,… tout est possible à condition de réfléchir en mode lego.

L’avantage est que cet habitat est totalement modulable, adaptable et… peu gourmand en énergie s’il est bien pensé !

Ma Maison de Laurent – Vu sur Rue 89 – Le nouvel obs

Laurent l’a bien compris et s’est bâti une maison d’une surface intérieure de 105m² pour 130 000 euros (55 000 euros pour le terrain – 75 000 euros pour les containers et les matériaux de construction). Son coût d’entretien est de 41 euros par mois (Bardage à revernis tous les 10 ans; élément incontournable pour faire valider la construction par sa municipalité) et les charges s’élèvent à 165 euros/mois.

Maison d’hôtes container au toit végétalisé- Chris Cooper – Poteet architects – Vu sur le Figaro.fr

Parmi les avantages incontournables de la maison container, on compte la baisse du délai de construction. Pas son coût en revanche qui reste similaire à celui d’une maison traditionnelle neuve.

A cela s’ajoute la capacité du logement à être considéré en BBC. Il conviendra d’être vigilant dans le choix de son container. Le container le plus courant pour compter sur une bonne isolation thermique est le Reefer (initialement dédié au convoyage de denrées périssables et donc isolés et climatisé). Son prix d’achat oscille entre 1 500 et 4 000 euros/container.

 Pour renforcer les capacités énergétiques du container, pour l’amour des plantes et de leur culture ou pour optimiser l’espace, certains prennent l’option de végétaliser leur toit.

Container City II – Vu sur Containercity.com

On peut l’agrandir en fonction de ces besoins et en toute flexibilité (délais de construction réduits).

Joseph Dupuis, Canadien, autoconstructeur de sa cabane autosuffisante en container – Vu sur mrmondialisation.org

Si vous ne souhaitez pas faire comme Laurent, Joseph ou d’autres auto-contructeurs, des solutions clés en main sont proposées. Container City est le pionnier en la matière, et leurs projets ambitieux (Container city II est un espace de travail artistique, d’autres projets sont déclinés sur le site internet) leur valent leur rayonnement actuel.

Cove Park – Espace de travail et de vie développé pour une entreprise industrielle à Scotland – Par containercity.com

On se sent bien chez soi car on sait que son logement applique la théorie du 3R (Réduire les déchets, Réutiliser plutôt que jeter, Recycler en priorité).

Au delà de ces aspects, la construction en container est mise en oeuvre sur les territoires de l’urgence.

Relooking favelas par Dionisio Gonzalez – Brésil – Vu sur tuxboard.com

Le projet « Cingapura » de réhabilitation des bidonvilles a été mis en place  depuis le milieu des années 1990 par le maire de São Paulo. Dionisio Gonzalez s’inscrit dans ce mouvement : pour lui la notion d’urbanisme classique (vision ordonnée et spacieuse de la ville) est à combattre sur certains territoires. Balayer un ghetto, une favelas reste d’une violence extrême pour ces populations qui vivent déjà l’extrême précarité. S’adapter au territoire et à son empilement naturel permettrait une socialisation intégratrice en douceur.

Dionisio González considère que l’architecture des favelas représente une forme de résistance; intégrant les déchets à notre conscience du monde. Il lutte contre la vision qui considère cet habitat tel une excroissance à assainir. L’objectif de son travail orienté sur les lieux marginalisés est de replacer ces quartiers au centre de la réflexion sur la ville et non pas pour demander leur karcherisation.
(Pour mémoire des bordelais – Une expo sur son travail avait été exposée au CAPC)

La ville de Grenoble a également mis en place un village hivernal pour accueillir les sans abris. Récemment, on a appris que ces containers avaient été installés dans la jungle à Calais.

  • Les dômes

Maison DomeSpace rotative – Vu sur toutvert.fr et domespace.com

Née dans les années 80, c’est comme cela que j’imaginais l’habitat de l’an 2000, l’habitat du futur… Bon on en est pas là mais elle existe !

Certains modèles sont proprement dédiés au jardinage : le dôme rafraîchit en été et réchauffe en hiver.

Dôme de jardinage – Vu sur Serre-dome.com

Adjoint à un système de récupération d’eau, c’est le top de la culture potagère et maraîchère en toute saison !

Sans s’en faire son domicile, on peut y poser ses valises pour un séjour.

Dormir dans le parc aventure Cap Jaseux au Québec au coeur du Fjord du Saguenay – Vu sur jolijolidesign.com

  • La maison 100% Palette

Maison Palette I-BEAM – Vu sur bridoz.com

Comme les containers maritimes, d’autres déchets logistiques donnent lieu à des propositions architecturales : Les palettes.

Projet architectural de la Maison Palette – Pils Grégor et Schnetzer Andreas Claus – Vu sur habitat-eco-responsable.fr

Le potentiel de la palette en matériel de construction a été soulignée en 2008 puisque le projet de la maison palette a été lauréate du concours Gaudi (projet présenté par deux étudiants de l’école d’architecture de Vienne). Celui ci viendrait proposer une solution viable au manque de logement.

Vu sur thelittlegreenway.com

Depuis les initiaves personnelles fulminent. on retrouve de nombreuses déclinaisons avec des propositions de mobilier. Il suffit de surfer sur pinterest pour noter l’engouement autour des possibilités modulables des palettes.

Vu sur mrmondialisation.org

Coté chiffrage, un article de mrmondialisation.org indique que « cette maison de 60m² a nécessité l’assemblage de 800 palettes, isolées avec de la ouate de cellulose, et couterait aux alentours de 30 000€ en auto-construction ».

Là encore, des initiatives d’urgence ont été déployées avec des palettes. La première cabane palette développée par les équipes I-Beam Design a été conçue pour accueillir temporairement des réfugiés au Kosovo.

Projet de village en palette – Camps de réfugiés en Somalie – Par I BEAM Design – vu sur http://www.i-beamdesign.com

  • La cabane du rêve – Version Hobbit

La maison de Hobbit Initiale construite en 2003 – Vu sur http://www.beingsomewhere.net

 Simon & Jasmine Dale vivent comme des hobbits depuis 2003. leur quête d’une vie en immersion dans la nature, écologique et vecteur de plaisir-satisfaction, les a poussé a construire une première version de leur maison de hobbit. Apres l’avoir habité pendant 6 ans, ils l’ont quitté pour s’installer dans une seconde version plus spacieuse et mieux étudiée.
Pour info, son cout serait de 3 500 euros.

La seconde version de la cabane de Hobbit intérieure – Vu sur beingsomewhere.net

 Ne riez pas, il semble que se soit l’habitat du futur : fondue dans le paysage la géothermie la rend quasi autonome en chauffage. Cet habitat en galerie serait également solide.

Un diaporama photo riche est fourni par décroissons.wordpress.com.

  • La cabane du rêve – Version Cro-Magnon

Trouvé sur le site du magasine KAIZEN, un passionne construit en 102 jours, de ces mains, une cabane avec des matériaux primitifs.

  • La cabane du rêve – Version vitrée en pleine nature

Un couple a dépensé une belle dose de créativité pour se créer un nid douillet en pleine nature pour 500$. Chaque élément de construction et de décoration a son histoire : le bois provient de son grand père, les lumières ont été chinés sur des marchés aux puces tout comme un poêle à bois, les assiettes fabriquées par Lilah…
Un lieu chargé d’histoire, personnel et plein de poésie.


Solutions alternative ou précarisation du logement ? 

C’est sûr qu’en partant en se disant qu’on peut vivre à 10 dans une maison de 12 mètres carrés, reviendrait à précariser le logement. En revanche, en se posant sur la question, on ne liste que des avantages.

  • La lutte contre le manque de logement (et à bas coût qui plus est)

On peut clairement y penser lorsque l’on voit l’urgence de certaines populations. Ces phénomènes sont loin d’être nouveaux. On parlait de Sangatte à Calais il y a quelques temps. Aujourd’hui il y a la jungle de Calais, les ponts bordelais qui offrent un « toit » aux réfugiés sahraouis… Il y en a tant d’autres.

  • La réduction des distances travail – maison ; une réponse de l’habitat pour des travailleurs ou étudiants flexibles.

Clairement à ce niveau, on ne peut y voir que des avantages. Un stage ou un poste décroché à l’autre bout de la France, finit la galère de la recherche de logement à n’importe quel prix ou dans n’importe quel état. On emmène son cocon avec soi et on se rapproche !

  • La lutte contre la baisse du pouvoir d’achat (et l’augmentation  du prix du logement)

Nul doute qu’en optant pour une habitation autonome, le coût mensuel se trouve anéanti. Si l’on ajoute à cela la baisse du coût d’achat (qui varie en fonction de l’alternative), on se retrouve avec un loyer pulvérisé, une mensualité d’emprunt légère voire nulle.

  • L’augmentation du mieux être.

Aux Etats Unis, on a noté que la multiplication des Tiny Houses, en plus de répondre à un besoin de logement urgent; solutionnait également les quids du mieux être chez soi.
Respectueux de l’environnement, on se sent bien dans un logement qui ne laisse pas d’impact de notre passage à la planète.
Autonome, on maîtrise l’utilisation des ressources essentielles à notre vie confortable (et on en réduit voire en efface le coût annuel).
A monter soi-même, un peu d’autosatisfaction ne fait pas de mal !

  • L’adaptation du logement au territoire et non l’inverse.

Plus de terrassements. Plus d’abattage d’arbres à outrance pour « mettre au propre » les parcelles à construire.
Sur pilotis pour se prémunir des risques d’inondation.

Bref c’est l’habitat qui s’adapte à l’implantation et non plus l’inverse !

  • Pour tous

Entre ceux qui en ont besoin (solution d’urgence);
Ceux qui rêvent à un changement de vie (solution d’habitat réinventé);
Ceux qui veulent réduire leurs consommations énergétiques (solution autonome);
Ceux qui aimeraient que leur habitat suive leur mode de vie (solution aux modes de vie flexibles);
Ceux qui souhaitent agrémenter leur terrain d’une pièce supplémentaire comme un bureau, une chambre d’amis, une chambre d’hôte…) (solution de confort);…

Dan Pauly, constructeur de Tiny houses de fées-  The Rustic Way- Vu sur Mrmondialisation.org


 A suivre…
RDV Vendredi Pour la seconde partie de ce post :  
Les aspects légaux liés à l’habitat & tous les liens qui vont bien ! 

Publicités

5 réflexions sur “Nouveaux formats d’habitat – Du rêve à l’urgence

  1. Bonjour,
    Pour l’urgence, je suis un peu sceptique sur la capacité financière et la volonté politique à mettre en place ces logements.
    Pour le rêve, nous sommes servis : certains sont particulièrement réussis !

  2. Merci pour cet article très intéressant,
    Une amie à réalisé sont projet de fin d’études sur les maisons « containers », en prenant en compte tout les aspects de coût de construction, d’entretient mais aussi des études thermique, acoustique et confort, cela était passionnant.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s